Les attributs de liens : nofollow, ugc, sponsored

par | 29/12/2020

Nofollow, UGC, Sponsored

Rel nofollow : rendre un lien non-suivable pour les moteurs de recherche

A partir de Janvier 2005, Microsoft (Bing), Google et Yahoo se sont concertés et mis d’accord pour adopter l’utilisation de l’attribut rel afin de qualifier un lien auprès des moteurs de recherche. Pour ce faire, ils ont introduit une nouvelle valeur possible à l’attribut : nofollow. En pratique, le nofollow devait agir de manière à rendre le lien invisible aux yeux des moteurs de recherche. Cette approche a été proposée pour solutionner un problème grandissant dans les années 2000 : le spam de commentaires, aussi appelé spamco, qui consiste à rédiger manuellement ou programmatiquement des commentaires sans intérêt contenant des liens sur des blogs et forums, avec pour seul objectif d’accroitre le ranking des sites web hyperliés.
C’est donc pour lutter contre le spam de commentaire que le nofollow a été proposé : il suffit au webmaster d’appliquer automatiquement le nofollow sur tous les liens générés dans un commentaire, et ceux-ci restent présents pour l’utilisateur, mais n’ont plus aucune valeur au niveau du SEO.

En cherchant, ensuite, à placer un lien vers leurs sites chez les autres, par exemple dans les commentaires de blogs réputés ou sur Wikipédia, les webmestres ont longtemps été aspirer du « jus de lien » chez les mieux dotés (pratique dite de spamdexing). Google a rendu improductive cette pratique en créant la balise qui permet aux sites de démonétiser certains des liens qui partent de chez eux.

Dominique Cardon, « Dans l’esprit du PageRank. Une enquête sur l’algorithme de Google », Réseaux, 2013/1

Au fil du temps, la communication anarchique de Google sur le nofollow a pris des directions différentes, et plusieurs fois contradictoires : d’abord, il a été indiqué que le lien serait comme invisible aux yeux de son moteur, et que le bot de Google ne suivrait pas ce lien (donc celui-ci ne serait pas crawlé) ; puis, Google a fait évoluer sa communication et ses pratiques, suggérant que le nofollow serait un indice ou une directive (mais pas un ordre !), et que le moteur de recherche se permettrait donc de suivre ces liens s’il le juge pertinent… Aujourd’hui, la position de Google est encore plus ambigüe et ouvertement confuse, la seule certitude qui demeure est qu’un nofollow est un signal négatif, de retrait, de manque de confiance voire même de désaveu de la part du document source envers le document pointé.

Utilisez la valeur nofollow lorsque les autres valeurs ne s’appliquent pas et que vous préférez que Google n’associe pas votre site à la page liée ou qu’il ne n’explore pas cette dernière à partir de votre site. […] Les liens associés à ces attributs rel ne sont généralement pas suivis.


« Indiquer à Google les liens sortant à suivre. », Support Google, 12/07/2020

Il est important de noter que l’attribut rel d’un lien n’est pas la seule façon d’envoyer la directive nofollow sur des liens. C’est pour cette raison que nous recommandons d’avoir recours à un outil programmatique (crawler ou extension de navigateur comme SeoMinion) pour vérifier que des liens soient nofollow ou pas de manière fiable et efficace : une simple inspection du code source de la page ne suffit pas. En fait, il existe deux autres moyens d’envoyer cette directive pour tous liens figurant sur une page :

  • La balise <meta> avec un attribut robots contenant la valeur nofollow 
  • L’en-tête HTTP X-Robots-Tag contenant la valeur nofollow ou none (équivalent à noindex + nofollow)

En Septembre 2019, Google a annoncé la création de deux nouvelles valeurs d’attribut rel qui viennent s’ajouter au nofollow et permettent de qualifier plus précisément la nature du lien et de la relation qui existe entre la page source du lien et la page de destination : ugc et sponsored.

Rel UGC : pour les liens sauvages générés par l’utilisateur

L’attribut ugc (user generated content, en français, contenu généré par l’utilisateur) sert à indiquer, sans grande surprise, que le lien qu’il qualifie a été généré par un utilisateur du site, donc dans un commentaire, un post ou toute autre forme de contenu qui peut être créé ou modifié par un internaute sur un site web. Mais cet attribut ne se limite pas aux commentaires et autres contenus sauvages qui peuvent être modifiés par un internaute lambda sans droits administratifs sur un site web donné : il est aussi recommandé pour qualifier les liens générés par des éditeurs, rédacteurs ou contributeurs d’un site web. Google recommande d’accorder seulement aux contributeurs de confiance le privilège que leurs liens ne soient pas qualifiés comme ugc.

Un article paraîtra bientôt sur le rôle du lien externe dans le SEO, il permettra de mettre ces recommandations en perspective.

Rel sponsored : déclarer un lien payé

L’attribut sponsored (sponsorisé en français), d’après Google, doit impérativement figurer sur un lien qui a fait l’objet d’une compensation, qu’il s’agisse d’une compensation financière ou en nature (par exemple un échange de lien). Ce signal apparaît comme un filet de sécurité pour Google : l’achat et la vente de liens ne peut pas être considéré comme une pratique dommageable par les moteurs de recherche, à moins que ces liens aient un objectif purement SEO, auquel cas il s’agit d’une tentative de manipulation du moteur de recherche. L’achat de lien ou, de manière générale, la manipulation des liens représente pour Google une problématique de premier ordre dans la mesure où elle bouleverse le paradigme fondateur sur lequel le moteur de recherche a construit son algorithme de classement : l’idée qu’un lien entrant puisse être interprété comme un vote et un signal authentique et sincère de popularité et d’autorité d’un site web. Dans la même veine, Google a mis en place un formulaire de signalement de liens payés qui permet à n’importe qui, notamment un concurrent, d’envoyer un signalement d’abus au moteur de recherche.

Le déploiement de ces nouveaux attributs rel a été définitivement entériné à partir de 2020 pour Google, mais ses concurrents n’ont pas encore clairement communiqué sur leur volonté ou pas de suivre le mouvement de Google. Frédéric Dubut, Web Ranking PM Manager chez Bing, indiquait sur Twitter le 2 Juillet 2020 que les attributs ugc et sponsored étaient d’ores et déjà pris en considération par Bing, mais comme stricts équivalents à un nofollow – tout en précisant qu’il est possible que les trois attributs soient différenciés sur Bing dans le futur.

 

Et au fait, l’attribut rel, c’est quoi ?

L’attribut rel (abréviation de relation) se place dans tout type de balise qui déclare un lien en HTML. Il sert à établir la relation qu’entretient le document en cours avec le document de destination du lien. Par exemple, il peut contenir la valeur prev ou next pour indiquer que le document de destination succède ou précède au document en cours (notamment dans le cas d’une pagination).

Les valeurs possible de l’attribut sont nombreuses et correspondent à des nouveaux standards de HTML5, mais elles ne sont pas toutes interprétées par les moteurs de recherche. En matière de SEO, les 5 valeurs de l’attribut rel qui ont une importance sont les suivantes :

  • nofollow
  • ugc
  • sponsored
  • prev
  • next

A noter que Google n’utilise plus prev et next pour déterminer la pagination, le moteur de recherche utilise une méthode heuristique basée sur un ensemble hétérogène de signaux. Cependant, de nombreux outils de SEO continuent d’utiliser ces valeurs d’attribut, alors gardez-les; ça ne coûte (presque) rien. 🙂

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

D’autres articles qui pourront vous intéresser

Ensemble, donnons vie à vos projets.

Vous avez une idée, une question, un problème, une vision ou simplement besoin d’être conseillé ?